En passant dans le train

Comme beaucoup de géniteurs en ces périodes de Toussaint, j’ai ourdi de sombres plans afin de m’assurer des vacances parentales. Puisque l’abandon en pleine forêt est passé de mode, me voici dans le train avec ma progéniture. Jusque là, vous remarquerez l’absence totale de lien avec le sujet de ce blog qui n’a pas vocation à héberger les évènements de ma vie trépidante.

Il se trouve qu’à côté de moi, un grand-père et ses deux petits-enfants (de jeunes adolescents) parlent de jeux de foot en général et des sorties annuelles des FIFA en particulier. Loin d’essayer de soutirer quoi que ce soit à leur grand-père, les deux jeunes garçons de préciser que l’ancienne version qu’ils en ont leur suffit amplement. Le papi, visiblement à la page, acquiesce : « De toute façon ça ne change presque rien d’une année sur l’autre, juste quelques nouveaux joueurs et autres petits changements. »

Et là, un des ados de préciser: « Quand même, cette année, ils ont ajouté les équipes féminines. » (Ce sera d’ailleurs la seule nouveauté citée.) Le grand-père : « Ben on s’en fiche un peu, non ? Ce n’est pas comme si vous les connaissiez ! » Ado: « Ah ben non, quand même, j’aime bien, elles sont fortes ! Moi j’ai regardé, et… » Sur ce s’engage une discussion entre les trois concernant les différentes équipes nationales et les joueuses, leurs tactiques respectives, etc. Que même le grand-père connaissait, finalement.

Certes, un conversation entendue au hasard dans le train entre deux « Mamaaaaaan » n’a rien de statistiquement représentative. N’empêche, ça fait plaisir de voir que le foot ne se conjugue pas qu’au masculin et ce en dehors de tout militantisme.

Publicités