Joue-la comme Beckham

Au milieu de la déferlante de sexisme qui s’abat sur nous du fait du manque d’imagination sociologique de beaucoup de médias qui traitent l’Euro, voici une vision footballistique qui m’a comblée d’aise : le panneau de l’opération « Jouer l’été »1 chez la Grande Récré.

Sur ce panneau planté à l’entrée du magasin, malgré les rayons séparés par genre qui me font grincer des dents à chaque fois, on trouve non seulement une fille et un garçon sur le terrain mais aussi une majorité de femmes parmi les spectatrices ! Pour les férus d’exactitude statistique, le ration est de 7 pour 32.

C’est d’autant plus marquant que la fille, en pleine action, est totalement concentrée sur le ballon. À l’inverse, le garçon semble plus intéressé par le sourire qu’il adresse aux tribunes que par le jeu.

D’ailleurs, alors que je furetais sur le site de la Grande Récré pour trouver une image de meilleur qualité que ma photo (sans succès), je suis tombée sur d’autres contenus sympathiques3 :

  • un dossier Lego où l’on ne parle que d’enfants et où les gammes Lego Friends et Lego City sont listés ensemble comme convenant à ceux qui « raffole[nt] des thématiques animalières et des histoires de police »4 ;

La Grande Récré - Dossier Lego

  • un dossier sur les jeux de bagarres qui pose un contexte positif dès le début : « Les enfants adorent se chamailler et s’affronter avec les frères et sœurs, papa et maman ou les copains. » Là encore, le mot enfant est utilisé systématiquement et les photos comptent même plus de femmes/filles que d’hommes/garçons5 ;

La Grande Récré - Dossier Jeux de bagarres

  • un dossier sur les super-héros où, même si les exemples de personnages sont tous masculins, on apprend que « dans la vie de tous les jours, les super héros sont des hommes et des femmes comme les autres. » Avec encore une fois, le terme enfant systématiquement utilisé et une fille en chapeau d’article.

La Grande Récré - Dossier Supers-héros

J’attends avec impatience les dossiers de ce genre sur des thématiques de jeux associés classiquement aux filles. Comme quoi, on peut aller dans le bon sens6 sans pour autant être irréprochable.


Notes :
1. N’allez pas me demander de quoi il s’agit. Ce n’est de toute façon pas le sujet de l’article.
2. Pour ceux qui ne connaissent pas les classiques de chez Pixar, le poisson est une femelle. Et si d’habitude les animaux sans genre visible se retrouve mâle par défaut dans les faits, il y a fort à parier que les enfants reconnaîtront Dory.
3. Toutes les photos qui suivent sont tirées de leur site.
4. C’est d’autant plus dommage que dans la rubrique Lego du site, le critère de recherche « Genre » utilise une segmentation on ne peut plus sexiste… mais n’est pas obligatoire (voyons le bon côté des choses).
5. 7 femelles pour 3 mâles et 2 indéterminés, les armures médiévales n’aidant pas à la reconnaissance genrée.
6. Je vous parlerai à l’occasion de leur gamme de jouets « Tim et Lou » qui vaut un article à elle toute seule.

Publicités