Archives du mot-clé publicité

Joue-la comme Beckham

Au milieu de la déferlante de sexisme qui s’abat sur nous du fait du manque d’imagination sociologique de beaucoup de médias qui traitent l’Euro, voici une vision footballistique qui m’a comblée d’aise : le panneau de l’opération « Jouer l’été »1 chez la Grande Récré.

Sur ce panneau planté à l’entrée du magasin, malgré les rayons séparés par genre qui me font grincer des dents à chaque fois, on trouve non seulement une fille et un garçon sur le terrain mais aussi une majorité de femmes parmi les spectatrices ! Pour les férus d’exactitude statistique, le ration est de 7 pour 32.

C’est d’autant plus marquant que la fille, en pleine action, est totalement concentrée sur le ballon. À l’inverse, le garçon semble plus intéressé par le sourire qu’il adresse aux tribunes que par le jeu.

D’ailleurs, alors que je furetais sur le site de la Grande Récré pour trouver une image de meilleur qualité que ma photo (sans succès), je suis tombée sur d’autres contenus sympathiques3 :

  • un dossier Lego où l’on ne parle que d’enfants et où les gammes Lego Friends et Lego City sont listés ensemble comme convenant à ceux qui « raffole[nt] des thématiques animalières et des histoires de police »4 ;

La Grande Récré - Dossier Lego

  • un dossier sur les jeux de bagarres qui pose un contexte positif dès le début : « Les enfants adorent se chamailler et s’affronter avec les frères et sœurs, papa et maman ou les copains. » Là encore, le mot enfant est utilisé systématiquement et les photos comptent même plus de femmes/filles que d’hommes/garçons5 ;

La Grande Récré - Dossier Jeux de bagarres

  • un dossier sur les super-héros où, même si les exemples de personnages sont tous masculins, on apprend que « dans la vie de tous les jours, les super héros sont des hommes et des femmes comme les autres. » Avec encore une fois, le terme enfant systématiquement utilisé et une fille en chapeau d’article.

La Grande Récré - Dossier Supers-héros

J’attends avec impatience les dossiers de ce genre sur des thématiques de jeux associés classiquement aux filles. Comme quoi, on peut aller dans le bon sens6 sans pour autant être irréprochable.


Notes :
1. N’allez pas me demander de quoi il s’agit. Ce n’est de toute façon pas le sujet de l’article.
2. Pour ceux qui ne connaissent pas les classiques de chez Pixar, le poisson est une femelle. Et si d’habitude les animaux sans genre visible se retrouve mâle par défaut dans les faits, il y a fort à parier que les enfants reconnaîtront Dory.
3. Toutes les photos qui suivent sont tirées de leur site.
4. C’est d’autant plus dommage que dans la rubrique Lego du site, le critère de recherche « Genre » utilise une segmentation on ne peut plus sexiste… mais n’est pas obligatoire (voyons le bon côté des choses).
5. 7 femelles pour 3 mâles et 2 indéterminés, les armures médiévales n’aidant pas à la reconnaissance genrée.
6. Je vous parlerai à l’occasion de leur gamme de jouets « Tim et Lou » qui vaut un article à elle toute seule.

Super rentrée

Tapissant les murs du métro parisien, une jeune super héroïne vole vers une rentrée à bas prix. C’est en tout cas ce que nous vente cette publicité d’Office Dépôt.

image

Si on en voit de plus en plus souvent (des héroïnes à cape), cela reste une thématique très masculine, surtout quand il s’agit d’enfants. Encore plus remarquable, ici point de rose fushia, de jupe à froufrous ni d’arc-en-ciel pailleté. Si on identifie une fille, c’est simplement grâce à sa coupe de cheveux, voire très accessoirement aux motifs de ses chaussures.

Bricolage chez Lidl, le retour

Après avoir découvert la publicité récente de Lidl pour des Blenders, j’en ai profité pour fouiller leur chaîne Youtube. J’en ai trouvé plusieurs du même tonneau, dont une tout à fait dans la mouvance de leur publicité pour des outils dont je vous avais déjà parlé ici. On y voit un couple monter puis fixer une bibliothèque à l’aide d’une visseuse-perceuse.

Homme et femme se passent l’outil et l’utilisent adéquatement à tour de rôle. Qui plus est, le moment humour (ne vous attendez pas tout de même à éclater de rire) ne vise aucun des deux en particulier.

Des hommes en cuisine

Je sais bien que « madame cuisine pendant que monsieur lit le journal » est encore une réalité pour une majorité de couples en France (encore qu’il faudrait peut-être remplacer journal par télévision ou smartphone). Ça n’empêche que c’est usant de voir la grosse majorité des publicités pour le matériel de cuisine ne mettre en scène que des femmes (avec l’option homme pour l’aspect supposément décalé et donc comique). Parce que côté respect de la réalité, les pubs savent s’asseoir dessus quand ça sert leur propos. Sans compter qu’ils visent à côté pour un nombre grandissant de personnes qui n’y retrouvent plus leur quotidien.

C’est donc toujours une bonne surprise de trouver une pub pour du matériel de cuisine qui montre sur un pied d’égalité homme et femme : ici un Blender vendu par Lidl. Point bonus, c’est l’homme qui s’habille en rose pour se coordonner avec l’appareil qu’il présente, pendant que le femme illustre les versions bleu et blanche.

 

Une pièce en plus dans le métro

Elle traîne dans les métros parisiens depuis si longtemps que les moins de 20 ans ne doivent pas se rappeler du temps où elle n’y était pas encore. Une publicité, donc, pour des pièces à louer où on peut voir une femme en bleu de travail effectuant des travaux.

Pub métro Une pièce en plus

D’ailleurs, si on la voit en difficulté dans la première image (les meubles, ces créatures sournoises…), elle résout son problème puis reprend efficacement sa peinture. Tout comme dans les publicités Lidl pour outillage, la pause est en totale corrélation avec les tâches effectuées et zéro sexualisation.